Altricks VTT

Stephane Tempier Roc d'Azur 2012A 26 ans Stéphane Tempier remporte le Roc d’Azur au terme d’une longue échappée.

Meilleur Français aux Jeux Olympiques (11e), le Tricolore signe l’une des plus belles victoires de sa carrière dans un événement qu’il fréquente depuis de très nombreuses années.

 Les bras tendus vers le ciel, Stéphane Tempier franchit la ligne d’arrivée du 29e Roc d’Azur. Une victoire éclatante arrachée en solitaire. Une démonstration pour le Français qui met fin à plusieurs années de disette pour le VTT tricolore (Jean-Christophe Perraud, dernier Bleu vainqueur en 2007).

Cinquième en 2010, Stéphane Tempier (26 ans), onzième des Jeux Olympiques de Londres et quinzième des derniers Championnats du Monde, conclut ainsi une très bonne saison 2012.
Il devance l’Allemand Jochen Kass, vainqueur au sprint de son compatriote Moritz Milatz tenant du titre, et du Suisse Christoph Sauser, deuxième vendredi du Roc Marathon et qui rêvait d’un troisième succès sur le Roc d’Azur après ceux de 2005 et 2006.

Un peu plus de deux heures plus tôt, Tempier figurait encore parmi les outsiders sur la ligne de départ où se présentait un plateau royal. A commencer par les deux champions olympiques français.
Sacré en 2000 à Sydney, Miguel Martinez, toujours très en forme comme en atteste ses succès vendredi et samedi dans les Roc Ruelles de Fréjus et Roquebrune-sur-Argens  est fidèle à un rendez-vous qu’il a emporté en 1997 et 2004.

« Chaque fois que je viens, j’en profite au maximum, explique-t-il. Cette course est toujours une aventure. »

En or à Athènes et Pékin, Julien Absalon est là, lui aussi.

« Je suis ici pour me faire plaisir et pour partager, confie-t-il. Le Roc d’Azur est le seul moment où l’on peut partager notre passion avec tous les amateurs. Gagner ? On verra comment ça se passe au début et si l’occasion se présente, pourquoi pas... »

 Troisième des derniers Jeux Olympiques, l’Italien Marco Fontana pouvait aussi lorgner la victoire même si la veille, il avait déjà disputé le Roc Tandem avec sa fiancée habillée d’un tee-shirt avec l’inscription " nous nous marrions la semaine prochaine… si je survis au Roc d’Azur ".

Mais toutes ces têtes d’affiche auxquelles ont peut même ajouter les deux frères suisses Lukas et Mathias Flückiger, médaillés d’argent et de bronze des Mondiaux, n’ont pu voir que le dos de Tempier.
Parti très tôt dans la course en compagnie de son coéquipier italien Tony Longo, le Français profitait d’une descente pour se détacher et entamer son récital.

« Je ne pensais pas partir si vite mais Tony m’a dit vas-y, raconte-t-il. Alors je suis parti. Je faisais la différence dans les descentes.
Ça m’a permis de gérer un peu plus les montées.
Quand on m’a dit que j’avais une minute d’avance, j’ai pensé que ça pouvait le faire.
Ça m’a évité de faire le fou fou dans les descentes. Mais l’écart est descendu à 30 secondes sur les derniers kilomètres.
Je n’avais plus trop de temps à perdre et heureusement, il n’y avait pas trop de vent de face sur la piste cyclable finale.
J’ai quand même pu apprécier cette victoire sur les 500 derniers mètres. »

Une victoire qui ne doit rien au hasard et qui prend une saveur particulière pour Tempier.

« Après les Championnats du Monde, je me suis concentré sur le Roc d’Azur. Le plus dur est de garder la motivation car physiquement, ça va, on reste sur la préparation des JO.
Le Roc d’Azur, c’est une course fabuleuse. Dans les montées comme au Bougnon, il y a un monde fou. Ça aide à ne pas craquer.
Je participe au Roc d’Azur depuis que je suis benjamin. J’ai fait toutes les catégories (une victoire en juniors). Ce matin, au départ, avec Maxime Marotte et Julien Absalon, on s’est dit que ça faisait trop longtemps qu’un Français n’avait plus gagné et qu’il fallait mettre un terme à ça.
Voilà, c’est fait ! »

Arrivé quelques minutes plus tard, Absalon se félicitait d’ailleurs de ce succès.

« Je suis très content pour Stéphane. Personnellement, j’ai roulé à ma main. Il faut d’ailleurs se méfier car quand il y a moins d’implication mentale, on souffre davantage…
Mais ce fut une fois encore un grand plaisir et une très belle matinée basée uniquement sur la notion de plaisir. »

Un plaisir recherché et partagé par tous. Ce dimanche, ils étaient une fois encore près de 5000, venus de plus de 40 pays, à s’élancer sur la piste sous le soleil varois.
Avec pour tous, la certitude de pratiquer leur passion dans les meilleures conditions, et de vivre une journée extra-ordinaire. Celle de Stéphane Tempier le fut pleinement.

 

 

Crédit photo © Aso

Blog VTT, actualité et informations vélo tout terrain.