antivol pour VTT

Plus de 400 000 vélos sont volés chaque année en France, et la moitié des vols de vélos surviennent dans des lieux privés.

La majorité des cyclistes qui utilise un antivol, accroche leur vélo à un point fixe, mais certains ne le font pas systématiquement.
De plus, de nombreux cyclistes n'utilisent pas leur antivol pour un arrêt de faible durée.

Le vol d'un vélo n'est pas le seul risque rencontré, en effet, le vole de pièces ou d'accessoires est à prendre en compte également (roue, selle, compteur...)

Si l'on peut penser que le risque de vole est plus important dans les grandes villes, votre VTT peut aussi attirer la convoitise dans un petit village. D'ailleurs souvent les cyclistes vivants dans des agglomérations de taille moins importantes font preuve de moins de précautions pour protéger leur vélo.
Le fait que le vélo soit placé dans un lieu fermé n'apporte pas une sécurité absolue.
Garage, box, etc. sont des lieux de stockage loin d'être sans danger. Si votre VTT est de valeur, il peut vite être repéré et attiré l'attention :

Bien sure, l'utilisation d'un antivol n'apporte pas une sécurité absolue, surtout dans le cas de l'emploi d'un produit de faible qualité, mais pour environ 20% des vélos volés, leur propriétaire n'avait pas jugé bon d'utiliser un antivol. C'est une réalité, beaucoup de vélos volés sont des vélos mal sécurisés.


Les antivols pour vélo.
Il existe deux niveaux d'homologation pour les antivols.
Le premier correspond à la résistance de l'antivol aux tests nécessitant uniquement des instruments "discrets" généralement utilisés pour des voles éclairs.
Le deuxième niveau d'homologation est attribué aux antivols qui résistent à l'utilisation d'outils plus agressifs pendant un temps donné.


Quel antivol choisir pour protéger son vélo ?
Les antivols à câble sont les plus vulnérables.
Les antivols articulés offrent un niveau de protection plus élevé mais qui n’arrive pas au niveau des antivols de type U.
Tous les antivols de type U apportent une protection de niveau 1.
Sur les produits plus haut de gamme, l'utilisation de matériaux spécifiques permet d'atteindre une homologation de niveau 2.

La protection offerte par les différents modèles d'antivol d'une même marque, peu être assez disparate.

Si l'antivol en U apporte la protection la plus performante, il possède deux sérieux inconvénients : l'encombrement et le poids.

Pour le transport d'un antivol de type U, il faut privilégier un système utilisant un support se fixant sur le cadre du vélo.

Attention : le transport d'un antivol dans un sac à dos est à éviter. En effet, le risque de blessure aux dos en cas de chute est important.

L'antivol de type U sera adapté pour les cyclistes ayant principalement une utilisation urbaine de leur vélo.
Il est adapté également pour sécuriser un vélo dans un box ou un garage.
Les modèles articulés, moins performants permettent cependant un transport plus aisé.
Ils pourront être utilisés lorsque le risque est moins important.

Les antivols à câbles, ont eu une utilisation plus limité de par leur faible résistance.
Ils pourront être transportés plus facilement lors d'une randonnée et apporteront une protection supplémentaire lors des arrêts (il faut en générale moins de 25 secondes pour coupé un antivol à câble à l'aide d'une pince coupante de poche).

Dans tous les cas, il faut attacher sont vélo à un endroit fixe et essayé d'accrocher ensemble le cadre et les roues du vélo.

Il faut de préférence laisser son vélo dans un endroit fréquenté, et évité que l'antivol touche le sol (il est plus difficile de briser un antivol lorsque celui-ci est à 50 centimètres du sol).

Le prix pour un antivol.
Les antivols premiers prix se trouvent en magasin à moins de 10 euros. Pour les plus chers, le prix peut dépasser les 70 euros.
Pour un antivol de type U, on peut avoir un modèle performant pour environ 40 euros.
Si on recherche un antivol articulé, les models que l'on trouve aux environs des 30/35 euros sont satisfaisant.