Le gouvernement vient donc de révéler son "plan vélo". Après la suppression de l'aide à l'achat d'un VAE, on pouvait croire que le vélo n'était pas dans les premières places au niveau des priorités du gouvernement.

En France, le vélo occupe une place importante. Que ce soit pour la pratique loisir, sportive ou pour la mobilité, de nombreux pratiquants utilisent régulièrement leur vélo. Toutefois, il reste de nombreuses actions à mener pour faciliter l'usage au quotidien.

Plan vélo

Dans les faits, en France, on estime que seulement 2 % des actifs vont à leur travail à vélo. Encore plus affligeant, 58 % des déplacements domicile/travail de 1 km ou moins se font encore en voiture !

Ces dernières années, les Français se sont globalement remis en selle. Le marché du vélo en France reste dynamique. Toutefois, de nombreux usagés estiment que les infrastructures sont loin d'êtres adaptés à la pratique du vélo. Manque de piste cyclable, sécurité des cyclistes en ville.
Un autre gros problème freine l'usage du vélo quotidiennement : le vol. Le vol de vélo en France est un véritable fléau qui souvent mène l'usagé à diminuer son utilisation au quotidien.

Ce qui change avec le nouveau plan vélo et mobilités actives.

Le plan vélo proposé aujourd'hui par le gouvernement est constitué de 25 mesures qui visent principalement à développer l'usage de la bicyclette sur les trajets domicile-travail des Français.

Parmi les mesures, la création d'un fonds destiné à cofinancer avec les collectivités locales les infrastructures pour assurer la continuité des pistes cyclables, telles que des ponts ou des tunnels au niveau de rocades ou d'échangeurs d'autoroutiers. Ce fonds doté annuellement de 50 millions € devrait être proposé pour une durée de 7 ans.

Autre mesure, la création d'une indemnité vélo prise en charge par l'entreprise. Malheureusement on peu douter de l'efficacité de cette mesure puisque qu'elle reste facultative.

En ville, la systématisation de "sas vélos" serait la règle. Il s'agit d'espaces réservés aux bicyclettes entre les feux tricolores et une ligne où doivent s'arrêter les voitures.

Le double sens cyclable, déjà obligatoire dans les zones à 30 km/h, sera étendu à toutes les rues à 50 km/h en agglomération, sauf en cas de danger avéré.

Le gouvernement semble enfin décidé de s'attaquer au vol de bicyclettes, en rendant obligatoire la pose d'un numéro d'identification sur les vélos. Il sera également demandé à SNCF de construire davantage de parkings sécurisés dans les gares.

Enfin, l'État souhaite inculquer la pratique du vélo aux enfants. À l'école primaire, un programme intitulé "savoir rouler" sera mis en place. Chaque élève de l'Éducation nationale devrait avoir utilisé avant l'entrée au collège.

La France en est à son troisième "Plan vélo" depuis ces six dernières années. Les précédents plans vélo apportaient de bonnes idées, mais il n'y avait pas forcément d’éléments concrets quant à leur mise œuvre et ne bénéficiait pas de véritable financement.

Si l'on peut souligner l'avancé de la prise en compte du vélo par le gouvernement, on reste toutefois sur sa faim sur certains points. Pourquoi ne pas imaginer une prime à l'achat, une baisse de la TVA sur les équipements de sécurité. On pourrait également compléter les formations des automobilistes avec une meilleure prise en compte des autres usagés de la route lors du permis de conduire.

Les derniers articles publiés